Archives du Tag : Docquier

La sélection culturelle des émigrés: Résultats pour les pays du MENA

La sélection des migrants par la culture, les normes et les croyances est une question sous-étudiée dans la littérature existante. Cet article analyse les liens entre les traits culturels, les aspirations migratoires, les projets d’émigration à court terme, et les choix de destination au départ des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA). Nous utilisons les enquêtes Gallup World Poll (GWP) qui documentent les aspirations migratoires, les opinions et les caractéristiques personnelles des répondants. Notre échantillon est limité à 17 pays du MENA dans lesquels une enquête GWP (au minimum) a été réalisée entre les années 2007 et 2016.

En guise de prémisse, nous montrons que les aspirations migratoires sont corrélées avec les flux migratoires réels. Ceci suggère que les déterminants des aspirations migratoires sont susceptibles d’être similaires à ceux des migrations effectives. La proportion moyenne de migrants potentiels dans notre échantillon est de 24%. La proportion la plus élevée est observée en Syrie (35%); elle est proche de 30% en Jordanie et en Algérie ; au Niger, en Azerbaïdjan et au Tchad, cette part est d’environ 20%. En raison de la proximité culturelle et des effets de réseau qu’ils engendrent, les anciens liens coloniaux continuent d’influencer les destinations préférées des migrants potentiels. En moyenne, 52,3% des migrants potentiels du MENA souhaitent migrer vers un pays de destination de l’OCDE. Cette part s’élève à 90% au Maroc et en Algérie, alors qu’elle ne représente que 10% au Yémen et au Niger.

Nous menons ensuite une analyse de composante principale en deux étapes sur un ensemble de 12 questions pour extraire quatre indicateurs synthétiques de traits culturels. Nous constatons que le Liban et l’Azerbaïdjan sont les plus progressistes en termes d’inégalités hommes-femmes. L’Iran et l’Azerbaïdjan sont les plus progressistes en matière de religiosité ; au contraire, les pays d’Afrique subsaharienne (le Tchad, la Mauritanie, le Mali et le Niger) présentent un haut niveau de religiosité. L’Iran, l’Afghanistan et la Syrie présentent les niveaux de générosité les plus élevés. Enfin, les cinq pays du MENA ayant connu des turbulences et des émeutes pendant le printemps arabe (l’Algérie, l’Égypte, l’Irak, la Tunisie et le Yémen) présentent les opinions les plus progressistes concernant l’utilisation de la violence sur les civils. Dans ces pays, une grande partie de la population soutient qu’il est indéfendable d’utiliser toute forme de violence contre les civils.

Dans notre analyse empirique, nous nous concentrons sur les deux indicateurs culturels les plus corrélés avec le niveau de développement économique, les attitudes par rapport aux inégalités hommes-femmes et la religiosité. Afin d’identifier l’effet de ces traits culturels sur les aspirations migratoires, nous estimons des modèles logit avec effets fixes sur plusieurs sous-échantillons. Dans l’échantillon complet, les aspirations migratoires varient positivement avec les vues progressistes en matière de religiosité ; elles ne varient pas avec les opinions quant aux inégalités hommes-femmes. Lorsqu’on distingue les aspirations migratoires vers les pays-membres de l’OCDE et vers les autres destinations, les résultats révèlent que les traits culturels n’exercent pas d‘effet significatif sur les intentions migratoires à destination des pays non-membres de l’OCDE. En revanche, la progressivité en termes de religiosité et d’égalité entre les sexes affecte positivement les aspirations à migrer vers les pays-membres de l’OCDE. Nous analysons également si les traits culturels affectent les projets migratoires concrets pour les 12 prochains mois. L’effet de la religiosité reste significatif ; il est même plus important que pour les aspirations migratoires. L’effet des attitudes vis-à-vis des inégalités hommes-femmes est non significatif.

Ces résultats sont soumis à une large batterie de tests de robustesse. Premièrement, nous distinguons les trois catégories de pays de l’OCDE qui sont fréquemment renseignés comme destination préférée dans les données, les pays de l’Union européenne, l’Amérique du Nord et la Turquie. Nos résultats confirment que les attitudes vis-à-vis des inégalités hommes-femmes demeurent non significatives ou marginalement significatives quel que soit le groupe de destination ; l’effet de la religiosité demeure très significatif pour les destinations européennes ou l’Amérique du Nord, alors qu’il ne l’est pas pour la Turquie. Deuxièmement, nous considérons différents sous-échantillons de répondants en fonction de leur niveau de diplôme. Les résultats révèlent que la sélection par la culture affecte tous les niveaux d’éducation. Troisièmement, nous considérons différents sous-échantillons de répondants en fonction de l’âge. L’effet de la religiosité est significatif pour tous les groupes, tandis qu’une sélection positive selon les attitudes vis-à-vis des inégalités hommes-femmes est obtenue pour les individus âgés de 15 à 30 ans. Cette catégorie d’âge est celle au sein de laquelle les migrants potentiels sont les plus susceptibles de réaliser leurs aspirations migratoires. Quatrièmement, nous testons si l’intensité de la sélection par la culture varie avec les caractéristiques macroéconomiques du pays d’origine, telles que les parts des sunnites et des chiites dans la population musulmane, le PIB par habitant, la qualité des institutions, et la proportion de migrants installés dans les pays de l’OCDE. Ces interactions révèlent que la sélection par la culture est plus forte dans les pays à majorité sunnite ; la progressivité en matière d’inégalités hommes-femmes devient significative lorsqu’on contrôle pour le réseau migratoire. Cinquièmement, nous analysons si l’effet de la culture a été affecté par le printemps arabe. Nous distinguons l’échantillon complet des pays MENA, les 5 principaux acteurs du printemps arabe, et les autres pays. Dans toutes les spécifications, la sélection par la religiosité est positive et significative. De plus, le printemps arabe n’a pas affecté l’intensité de la sélection culturelle dans la plupart des pays, mais il l’a considérablement réduit dans les 5 principaux pays concernés.

Enfin, sur le plan méthodologique, nous explorons si nos résultats peuvent être induits par des différences de composition entre les groupes de migrants potentiels et de non-migrants. En utilisant la technique de Mahalanobis Metric Matching, nous construisons des sous-échantillons de migrants potentiels et de non-migrants partageant des caractéristiques observables similaires. Tous nos résultats subsistent lorsqu’on utilise des échantillons appariés. De façon robuste, nous concluons que les jeunes migrants potentiels de la région MENA sont plus progressistes en termes de religiosité et d’égalités hommes-femmes que le reste de la population. Dans l’ensemble, le printemps arabe a diminué l’intensité de cette sélection selon la culture dans les principaux pays concernés. L’émigration du MENA vers les pays riches de l’OCDE engendre des effets directs sur la distribution des traits culturels dans les pays d’origine, et sur la distance culturelle dans les pays de destination. Néanmoins, ces effets ne doivent pas être surestimés. Premièrement, l’émigration engendre des effets limités sur la distribution des traits culturels dans les pays du MENA. Elle peut même conduire à des effets opposés si la diaspora renvoie des normes progressistes vers leur pays d’origine. Deuxièmement, la sélection par la culture ne réduit que faiblement la distance culturelle entre immigrés et natifs dans les pays de l’OCDE.

Workshop sur la migration dans la région Méditerranée, 16-17 Avril 2011, Istanbul, Turquie

Migration_work_2011Le  FEMISE et l’ERF (Economic Research Forum, Le Caire – Egypte), ont organisé conjointement un séminaire à Istanbul, les 16 et 17 avril 2011, sur “La migration dans la région  Arabe: causes et conséquences”  pour mieux comprendre l’évolution du phénomène de la migration dans la région méditerranéenne. Les chercheurs les plus qualifiés dans le domaine ont présenté les résultats de leurs recherches les plus récentes et échangés leurs points de vue  (Photo FEMISE : De gauche à dr. : F. Docquier, I. Awad, JL.Reiffers et K. Sekkat)

La région méditerranéenne est une des régions du monde où les migrations jouent un rôle central. Elle se caractérise par des entrées et des sorties importantes de travailleurs, par un stock important de migrants à l’étranger et par le rôle décisif des transferts de revenus des migrants pour l’équilibre macroéconomique des pays de départ. Certains pays méditerranéens comme le Maroc, l’Algérie et le Liban représentent quelques-unes des plus importantes diasporas à l’étranger. Il existe aussi d’importants flux de migrants entre pays arabes (en particulier avec les pays du Golfe) qui se développent à mesure que l’intégration Sud-Sud s’approfondit.

L’objet du séminaire a été de faire le point sur les analyses faites par les chercheurs les plus spécialisés sur quelques uns des aspects les plus importants de la migration dans la région, en particulier sur les questions suivantes : Quel est l’impact global de la migration sur l’emploi, l’éducation, le bien être social et la démocratie ? Quelle est l’influence de la diaspora sur les institutions des pays d’origine ? Les transferts de fonds peuvent-ils promouvoir le développement financier et l’entreprenariat ? Peuvent-ils diminuer la pauvreté et les inégalités ? Le séminaire s’est conclu par la présentation d’un agenda de recherches à développer dans le futur dont certaines seront notamment proposées au comité scientifique du FEMISE pour son nouvel appel à propositions. On trouvera ci-après une présentation des principaux enseignements apportés durant les deux journées, ainsi que l’ensemble des études et des présentations à la fin de l’article.

Docquier_mig_2011Frédéric Docquier (Université de Louvain) et Khalid Sekkat (Université de Bruxelles) montrent que l’analyse conjointe entre causes et conséquences de la migration, bien que déterminante était encore un domaine de recherche souvent négligé. A la question sur l’impact global de la migration la réponse de la recherche a été la suivante : d’abord, il est clair que les variables économiques jouent un rôle prépondérant et que l’émigration est largement influencée par des facteurs tels que les différences de revenus entre pays ou les effets de réseau ; ensuite, la migration peut généralement conduire à un « brain gain » pour le pays de départ, l’hypothèse du « brain drain » qui était celle des années 80 étant désormais dépassée par la nécessité pour les pays de départ de s’insérer dans la mondialisation. C’est ainsi que le séminaire a insisté sur le fait que bien que la migration des travailleurs qualifiés puisse avoir des effets nuisibles à court terme, elle peut avoir un impact positif sur l’emploi, les salaires et le bien être social des pays d’origine au long terme. On a relevé que la migration des femmes qualifiées produisait des effets significatifs sur les taux de fécondité, la santé des enfants et le niveau d’éducation.

La diaspora a, elle aussi, une influence notable sur les institutions du pays d’origine : Michel Beine de l’Université du Luxembourg, illustre ce propos par une analyse de l’impact et des effets économiques directs et indirects de la migration internationale sur les institutions. Les transferts de fonds et de normes ont une influence significative et un impact positif sur la démocratie, la transparence, l’éducation, en particulier. L’étude de Jad Chaaban (American University de Beyrouth) et Wael Mansour (Banque Mondiale Liban) le confirme, et met en évidence l’impact positif de ces transferts sur l’éducation dans 3 pays (Jordanie, Syrie et Liban).

Mig_work_LorcaLa récente vague de soulèvement dans le monde arabe a été provoquée par le mécontentement des jeunes générations face au chômage et au manque de liberté. Pour Alejandro Lorca (Université Autonome de Madrid), les migrations et les transferts de fonds ne peuvent toutefois pas se substituer à des politiques et des réformes efficaces dans les domaines économiques et politiques des pays d’origine. Les gouvernements des pays d’origine doivent créer suffisamment d’emplois pour absorber la main d’œuvre, et l’Union Européenne doit favoriser ce développement économique pour garantir une stabilité à la région Euromed.

Les transferts de fonds des Migrants peuvent-ils également promouvoir le développement financier et l’entreprenariat dans les pays d’origine ? Ont-ils un impact sur la Pauvreté et les Inégalités. El Mouhoub Mouhoud (Université Paris Dauphine) a présenté les premiers résultats d’une enquête sur les déterminants et l’utilisation des transferts depuis la France vers les pays du Maghreb. La migration de retour représente un pourcentage important d’entrepreneurs et une contribution économique considérable qui influence le processus de développement.

Whaba_mig_2011La recherche de Jackline Wahba (Université de Southampton) et Bachir Hamdouch (Institut National de Statistique et de l’Economie Appliquée, Maroc) qui porte sur l’impact des migrants de retour sur le marché du travail dans la région MENA à travers plusieurs études sur des pays tels que l’Egypte et le Maroc, l’a notamment confirmé. La diaspora marocaine constitue 10% de la population et les transferts de fonds 9% du PIB, et joue un rôle important dans la réduction de la pauvreté et des inégalités. Les migrants de retour sont plus susceptibles de devenir des travailleurs indépendants (entrepreneurs) ou des employeurs et ont tendance à gagner 46% de plus que les non-migrants. L’étude entamée par Ragui Assaad (Université du Minnesota) a confirmé que la migration des hommes augmente l’offre de main-d’œuvre féminine ayant des répercussions profondes sur les ménages.

Ces travaux confirment que les migrations internationales sont cruciales pour l’économie mondiale et que les migrations de retour ont une importante contribution économique dans les pays d’origine particulièrement à travers l’épargne et l’accumulation de capital humain.

En conclusion du séminaire, la dernière session était consacrée aux futurs domaines de recherches sur le sujet de la migration. Les recherches actuelles étant essentiellement conduites sur la relation entre transferts de fonds et pauvreté, éducation, entreprenariat et salaires, les futures recherches se proposent d’analyser les effets de la crise financière sur les transferts des migrants sur les pays d’accueil ou bien encore l’impact de la diaspora sur les institutions du pays d’origine relative à la gouvernance, la corruption et la démocratie. L’impact des politiques de réunification familiale sur la migration féminine et l’étude de genre de la migration sont en outre des domaines de recherches aujourd’hui négligés. D’autres questions peuvent être examinées, quels sont les déterminants de la migration illégale et ses conséquences ? Existe-t-il une adéquation entre les besoins de la région entre le Nord et le Sud ? Et comment analyser et optimiser l’immigration temporaire et circulaire ?

Jackline Wahba de l’Université de Southampton recommande :

  • des recherches pour éclairer les politiques de migration,
  • de mieux comprendre les opportunités et les défis auxquels font face les immigrants et leurs familles : les incitations et contraintes auxquelles ils sont confrontés,
  • un accès nécessaire aux données ainsi que l’utilisation de solides techniques afin de réaliser ces recherches avec succès.

En conclusion Jean Louis Reiffers, co-coordinateur et président du comité scientifique du FEMISE préconise qu’à coté des recherches fondées sur les comportements micro-économiques et sur les effets sur le brain gain, il est nécessaire de placer les migrations dans le contexte de la cohérence de la grande région. Cela implique :

  • de raisonner dans le cadre du système d’interdépendance Nord-Sud : nature de l’équation de transfert, complémentarité démographique, mobilité circulaire, etc.
  • de lier les tendances à la poussée migratoire du Sud avec l’évolution des capacités d’intégration au Nord,
  • de dépasser l’approche en termes de migrations des personnes pour traiter de la migration des idées, notamment au travers du développement des TIC,
  • de poser la question de l’immigration vers les pays du Sud (notamment en provenance de l’Afrique Subsaharienne).

Accès aux articles et présentations :

1. Geographic, Gender and Skill Structure of International Migration by  Frédéric Docquier, Marfouk, Ozden and Parsons (powerpoint presentation: see below F. Docquier paper 2)

2. A Unified Analysis of International Migration and Cross Country Inequality by Frédéric Docquier and Khalid Sekkat (download the powerpoint presentations by Docquier)

3. Skilled migration and the transfer of institutional norms by Michel Beine and Khalid Sekkat (download the powerpoint presentation)

4. Emigration and origin country’s institutions: Does the destination country matter? by Michel Beine and Khalid Sekkat (download the powerpoint presentation)

5. The Impact of Remittances on Education in Jordan, Syria and Lebanon by Jad Chaaban and Wael Mansour (download the powerpoint presentation)

6. Return Migration and Entrepreneurship in Morocco by Bachir Hamdouch and Jackline Wahba

7. Return Migration and Labor Market Outcomes in Egypt By Jackline Wahba

8. Egyptian Men Working Abroad: Labour Supply Responses by the Women Left Behind, By Ragui Assad (download the powerpoint presentation)

9. The Euro-Med Perspective on Migration: The Role of Economic and Social Reforms By Wai Mun Hong, Alejandro Lorca, Eva Medina (download the paper)

10. Impact des transferts de fonds sur la pauvreté et les inégalités : les premiers résultats d’une enquête conduite au Maroc by E.M. Mouhoud et Hicham Hanchane (download the paper/download the powerpoint presentation)

11. Towards a Future Research Agenda on International Migration in MENA By Jackline Wahba

Lire les articles basees sur ce workshop:

Les transferts d’argent des migrants atouts pour les pays d’origine