COVID-19 MED BRIEF no. 21: Explorer l’impact du COVID-19 sur les “moyens de subsistance” des réfugiés syriens en Jordanie

Le coronavirus s’est révélé être une menace sérieuse non seulement pour la santé des personnes, mais aussi pour les économies et les sociétés de tous les pays, quel que soit leur niveau de développement. Cette crise constitue un véritable test pour la résilience des pays du sud et de l’est de la Méditerranée, car elle est survenue à un moment où ils devaient relever le défi de maintenir la croissance de leurs économies, confrontés à un chômage croissant et à des ressources limitées. La sortie de la crise dépendra en grande partie de la manière dont les pays de la région établiront leurs priorités d’action, et de la manière dont ils s’intégreront et coopéreront les uns avec les autres dans les secteurs clés. Suite au succès du premier round du «COVID-19 MED BRIEFS» lancé par le Centre pour l’intégration méditerranéenne (CMI) et le FEMISE, les deux institutions ont décidé d’unir à nouveau leurs forces et de lancer un second round. Cette série de Policy Briefs a pour but d’ouvrir la voie à des analyses thématiques et des recommandations plus approfondies.

Le vingt-et-unième COVID-19 MED BRIEF, intitulé « Explorer l’impact du COVID-19 sur les “moyens de subsistance” des réfugiés syriens en Jordanie», par Reem AlHaddadin, Institut d’Asie de l’Ouest et d’Afrique du Nord (WANA) est disponible (en anglais) en cliquant ici

Résumé :

Ce brief explore l’impact des perturbations économiques et sociales causées par la pandémie de COVID-19 sur les conditions de vie des réfugiés syriens résidant dans le camp de réfugiés de Za’atari – à Mafraq, au nord de la Jordanie – et sur les réfugiés résidant dans les communautés d’accueil jordaniennes -Ramtha, Mafraq et Amman. L’objectif de ce dossier est de mettre en lumière les conditions de vie de ces réfugiés et de sensibiliser à l’importance de se préparer à des scénarios similaires à l’avenir par le biais de politiques et d’actions prospectives qui garantissent un meilleur accès aux besoins de base.

Sur la base d’entretiens structurés et de recherches documentaires, le brief évalue ces conditions au-delà des indicateurs communs des actifs, des capacités et des activités des ménages et examine comment l’ (manque d’) accès aux ressources en eau et aux services éducatifs peut se traduire par une aggravation des vulnérabilités en cas de pandémie. Le brief aborde trois questions principales : les progrès institutionnels dans le secteur de l’eau, afin de comprendre et de répondre aux conditions nationales de pénurie d’eau ; le statut du secteur de l’éducation en tant qu’outil vital pour assurer l’intégration des groupes marginalisés, notamment les personnes handicapées ; et l’aide internationale nécessaire qui bénéficie aux réfugiés à la fois dans les communautés d’accueil et dans les camps officiels.

À travers la lentille et les voix des réfugiés syriens, le brief dépeint les implications du confinement qui a été appliqué en mars 2020. Notamment, ces mesures ont entraîné une couche supplémentaire de confinement visible pour les activités quotidiennes des réfugiés et une menace pour leurs conditions de vie actuelles et leurs projets futurs. Enfin, le policy brief fournit quelques recommandations qui pourraient aider à alléger les conditions des réfugiés et qui pourraient servir de leçons apprises.

 

Ce Policy Brief est produit dans le cadre de la série de Policy Briefs «Répondre aux défis du COVID-19 en Méditerranée» qui est réalisée en partenariat entre le FEMISE et le Centre pour l’Intégration Méditerranéenne (CMI).

The views expressed in this Brief are those of the authors and do not reflect the views of CMI or FEMISE. The contents have not been subjected to verification by CMI or FEMISE and their publication does not reflect ownership by CMI or FEMISE.