Archives du Tag : inequality

Éducation et mobilité intergénérationnelle des femmes dans les pays arabes

Quelle relation existe-t-il entre les inégalités hommes/femmes en matière d’éducation et la mobilité intergénérationelle des femmes dans les pays de la rive Sud de la Méditerranée? Dans un rapport FEMISE intitulé « Inequality, Intergenerational Mobility of Women Educational Attainment and Inclusive Policies in Arab Countries», les experts du FEMISE insistent sur le lien entre les inégalités et l’immobilité sociale.

Etudiants marocains. Photo Marie Pierre Vega.

Etudiants marocains. Photo Marie Pierre Vega.

Les inégalités entre hommes et femmes dans le domaine de l’éducation et de la scolarité diminuent dans les pays de la rive Sud de la Méditerranée, même si l’amélioration du niveau de scolarisation concerne davantage les hommes que les femmes, constatent les chercheurs FEMISE de l’Université Al Akhawayn au Maroc et de l’Académie d’études économiques de Bucarest dans leur rapport (FEM41-01)« Inequality, Intergenerational Mobility of Women Educational Attainment and Inclusive Policies in Arab Countries ».

La mobilité intergénérationnelle permet à une personne de changer de position sociale par rapport à celle de ses parents. Ainsi, le rapport compare l’inégalité et la mobilité intergénérationnelle des femmes dans les pays arabes à celles des pays d’Europe Centrale et de l’Est. Les chercheurs constatent dans tous les pays un lien entre le niveau d’inégalités et l’immobilité intergénérationnelle. Un concept appelé «la courbe de Gatsby». Plus les inégalités sont élevées et plus la situation sociale reste figée d’une génération à l’autre. Peu de pays arabes voient les enfants atteindre un niveau d’éducation supérieur à celui de leurs parents.

En dépit d’une réduction des inégalités et d’une féminisation croissante dans le domaine de l’éducation, les chercheurs ne constatent pas de réelles avancées sur le marché du travail des pays arabes, en raison des rigidités pénalisant les femmes salariée ou créatrice d’entreprises.

Quelles recommandations pour favoriser la mobilité intergénérationnelle ?

« Le chômage peut devenir un vrai frein au changement », explique l’un des auteurs du rapport, Ahmed Driouchi. Ce professeur d’économie à l’université Al Akhawayn, à Ifrane au Maroc, confirme que les femmes sont plus touchées que les hommes. Les pays arabes devront créer sensiblement plus d’emplois qu’actuellement pour simplement réussir à stabiliser la courbe du chômage.

Le rapport invite les pays arabes à favoriser la mobilité intergénérationnelle, particulièrement chez les femmes. Pour y parvenir, le professeur Ahmed Driouchi indique de nombreux outils comme « la scolarisation, la lutte contre les déperditions, le transport, le logement, les cantines scolaires, les bourses étudiantes ». Il souligne que d’autres instruments comme l’évaluation en relation avec des standards internationaux (TIMSS, PISA..) ainsi que des échanges d’étudiants ou bien des activités conjointes avec des pays de l’UE peuvent permettre aux nouvelles générations d’accéder à des niveaux d’éducation plus élevés que ceux de leurs parents.

Le rapport est disponible (en anglais), pour y accéder, merci de cliquer sur le lien.

Article réalisé en partenariat avec Econostrum.

S’inscrire à la Newsletter de Econostrum : http://www.econostrum.info/subscription/

Gérard Tur

Inégalité, mobilité intergénérationnelle du niveau de scolarité des femmes et politiques d’inclusion

La mobilité intergénérationnelle de l’éducation fait référence à la mesure dans laquelle les acquis de l’éducation sont capables d’évoluer d’une génération à l’autre. Sans mobilité intergénérationnelle dans l’éducation (c’est-à-dire une élasticité de l’éducation intergénérationnelle égale à 1), tous les enfants pauvres deviendraient des adultes pauvres et tous les enfants riches deviendraient des adultes riches supposant que des niveaux d’éducation plus élevés conduisent à des revenus plus élevés. Dans le cas d’une mobilité intergénérationnelle complète (l’élasticité de l’éducation intergénérationnelle proche de zéro), il n’y aurait pas de relation entre les antécédents familiaux et les résultats de l’éducation des adultes. Si l’inégalité en matière d’éducation peut être considérée comme un indicateur de l’égalité des résultats, l’indicateur de mobilité intergénérationnelle peut être considéré comme un indicateur de l’égalité des chances.

Le présent document met l’accent sur le statut des femmes en évaluant leur mobilité intergénérationnelle et l’inégalité du niveau de scolarité dans les pays arabes. Ce travail est basé sur des données agrégées annuelles par pays (1950-2010) de Barro-Lee sur le niveau de scolarité. Outres les gains tirés d’une vaste littérature, les résultats obtenus montrent des tendances récentes en matière de mobilité éducationnelle, des inégalités entre sexes qui faiblissent mais toujours existantes.

En outre, la mobilité intergénérationnelle de l’enseignement est plus élevée que celle dans la plupart des économies d’Europe centrale et orientale (ECE). Cela apparaît également lors de l’estimation des inégalités et de la mobilité intergénérationnelle pour les hommes et les femmes par niveau d’éducation. Les pays arabes connaissent une tendance croissante des niveaux de scolarité qui sont encore plus élevés pour les hommes que pour les femmes. Même avec des inégalités décroissantes, une égalité plus faible est observée chez les femmes. En outre, une mobilité intergénérationnelle croissante est établie. Mais, en ce qui concerne les inégalités, les écarts entre les pays arabes sont importants. Cela implique que l’échelle de la mobilité sociale pourrait être moins opérationnelle que par le passé avec des demandeurs d’emploi potentiels de plus en plus instruits. Les courbes de Gatsby confirment ces résultats sur la plupart des pays arabes, mais montrent leur utilisation limitée pour les économies de la CEE.

Une transition difficile mais si fondamentale pour la Méditerranée

imagesL’espoir d’une vie meilleure renaît pour les habitants des pays méditerranéens. La rupture avec les anciens régimes autoritaires consommée, les États traversent à présent une phase de transition au cours de laquelle ils vont expérimenter l’ouverture démocratique et devront réduire les inégalités.

C’est inéluctable, le chômage va augmenter, le PIB et les investissements directs étrangers vont faire un bond en arrière. La phase de transition amorcée en 2011 par les pays méditerranéens du printemps arabe sera un long parcours semé d’embûches tout comme la Pologne et autres pays de l’Est l’avaient expérimenté dans les années 90 lors de l’effondrement du bloc communiste.

« Les pays du sud vont entrer dans une phase de transition et passer d’un régime captateur et autoritaire à la démocratie. Une élite d’hommes d’affaires, très proches du pouvoir politique a engendré des rentes de situation. La connivence était de mise lors des appels d’offres. La corruption s’est peu à peu généralisée jusqu’au point d’obtenir une autorisation pour exercer une activité de commerce ambulant !», explique Jean-Louis Reiffers dans le rapport annuel 2011 du forum Euroméditerranéen des Instituts de Sciences économiques (FEMISE) intitulé « Une nouvelle région méditerranéenne : vers la réalisation d’une transition fondamentale ».

Un document dans lequel, le président du Conseil scientifique de l’Institut de la Méditerranée et coordinateur du FEMISE, aux côtés d’Ahmed Galal, président du Forum de recherche économique en Égypte, pointe du doigt les déficiences des États méditerranéens et surtout en appelle à la création d’un fonds de stabilisation des prix des denrées alimentaires de base (huile, farine et sucre).

Inscrit au rang des priorités lors de la réunion du G8 à Marseille, ce fonds de compensation sera abondé par la communauté internationale qui s’est engagée à débloquer 27 mrds € pour la Tunisie, l’Égypte, le Maroc et la Jordanie d’ici 2013.

« Le prix du blé avait augmenté de 15% en trois mois. Et n’allez pas expliquer à la ménagère tunisienne que les incendies en Russie et la spéculation des acheteurs à terme du marché de Chicago sont à l’origine de cette flambée du prix du blé tendre ! », indique Jean-Louis Reiffers.

Réduire les inégalités entre les régions côtières et les campagnes

Le Femise pointe du doigt l’accroissement des inégalités entre les régions côtières, portées par le tourisme notamment, et les régions rurales où le taux de pauvreté est supérieur, comme l’analphabétisme et où un système de santé déficient se traduit par un taux de mortalité supérieur en particulier chez les petites filles. « Le modèle de croissance est non inclusif. La réduction de la pauvreté est inférieure au rythme de croissance. Celle-ci bénéficie aux gagnants marginalisant encore un peu plus les pauvres », insiste Jean-Louis Reiffers.

Le développement économique des pays méditerranéens passe donc par la mise en place de systèmes de transfert plus efficaces et la dynamisation de secteurs pourvoyeurs de main d’œuvre pour les populations pauvres.

Le Femise suggère également le soutien à la création de PME et PMI afin que les IDE puissent se diffuser dans toutes les couches de l’économie et ne pas seulement bénéficier aux grands groupes. La décentralisation intelligente favoriserait également un meilleur équilibre économique et une répartition équitable des ressources. Envisagée comme principal moyen d’action, une libéralisation des échanges supplémentaire ne pourra contribuer à régler les principaux problèmes posés par la transition en Méditerranée.

Lire le rapport

Article de Nathalie Bureau du Colombier, Econostrum. L’article fait partie d’une série d’articles conjoints réalisés dans le cadre d’un partenariat entre Femise et Econostrum pour l’année 2011, qui alimentent également la rubrique « Grand Angle»  du site d’information Econostrum. Vous pouvez retrouver cette rubrique et toutes les informations à l’adresse suivante: www.econostrum.info. L’inscription à la newsletter d’econostrum est accessible par: http://www.econostrum.info/subscription/