Archives du Tag : migration

FEMISE MedBRIEF 28:  » Migration, avantages comparatifs et diffusion des connaissances »

Dr. Anna M. Ferragina, CELPE, University of Salerno, FEMISE

La série de Policy Briefs du FEMISE intitulée MED BRIEF ambitionne de fournir une réflexion novatrice  pour la région euro-méditerranéenne. Les Policy Briefs contiennent une analyse succincte et politiquement pertinente sur d’importantes questions EuroMed et présentent aux décideurs politiques les points de vue des chercheurs FEMISE et des partenaires du réseau.

Le dernier MED BRIEF sur « Migration, avantages comparatifs et diffusion des connaissances dans la région UE-Méditerranée  » est disponible ici (en anglais). 

 

Résumé: Dans ce Policy Brief, nous rapportons les résultats d’un projet qui étudie l’impact potentiel des flux migratoires entre la région MENA et l’UE sur leurs relations commerciales. Nous explorons le lien entre immigration et émigration avec la marge intensive (IM) et la marge de commerce étendue (EM). La principale nouveauté consiste à essayer de distinguer les canaux de transmission des connaissances des effets de réseau et de préférence en relation avec les flux migratoires. L’analyse est effectuée en vérifiant les effets de la migration sur le degré de technologie incorporé dans les biens commercialisés dans l’UE en prenant en compte les classes de technologie faible, moyenne et élevée. Nos résultats et nos implications politiques sont importants pour exploiter le partenariat euro-méditerranéen au service de la prospérité, de la croissance et de l’emploi. Ils intéressent également les décideurs politiques en matière de politique migratoire, les négociateurs commerciaux, la société civile et les entreprises.

La liste des FEMISE MED BRIEF est disponible ici.

 

Le Policy Brief a été réalisé avec l’aide financière de l’Union européenne dans le cadre du programme FEMISE. Le contenu de ce document relève de la seule responsabilité des auteurs et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.

Migration, avantages comparatifs et Diffusion des connaissances (rapport FEM44-11)

Dans l’ensemble, les résultats des estimations montrent que l’effet sur le commerce de l’immigration de la région MENA vers l’UE est toujours positif, tandis que celui de l’émigration de l’Union européenne vers la région MENA est négatif ou non significatif. Toutefois, les effets de l’immigration sur les échanges commerciaux entre les partenaires de l’UE et de la région MENA sont moins importants que pour les autres régions partenaires de l’UE. En outre, l’effet des migrations sur le commerce bilatéral est plus important dans les technologies de pointe que dans les technologies de pointe et de haute technologie. Si nous nous concentrons sur le commerce de l’UE avec les pays tiers, une mesure adoptée comme indicateur indirect du canal des débordements, nous observons que l’immigration en provenance de la région MENA accroît la marge intensive du commerce de l’UE dans les produits de moyenne technologie, mais pas la marge extensive et que l’émigration n’a pas impact significatif. Les interdépendances entre les politiques de migration et les politiques commerciales soulignées par les résultats de notre enquête sont significatives pour les politiques de migration des pays de l’UE à destination de la région MENA.

FEMISE MedBRIEF 24: « L’impact économique des migrants et des réfugiés sur l’Europe »

Jamal Bouoiyour, Amal Miftah and Refk Selmi

La série MED BRIEF du FEMISE ambitionne de fournir une réflexion novatrice  pour la région euro-méditerranéenne. Les Policy Briefs contiennent une analyse succincte et politiquement pertinente sur d’importantes questions EuroMed et présentent aux décideurs politiques les points de vue des chercheurs et des partenaires du réseau FEMISE.

Le MED BRIEF « L’impact économique des migrants et des réfugiés sur l’Europe « , est disponible ici (en anglais).

Résumé

Ce Policy Brief présente les conclusions préliminaires d’une étude récente sur l’impact économique de l’immigration légale en termes de croissance et de chômage dans un grand nombre de pays européens. Il éclaire une question utile et intéressante pour le débat politique en distinguant explicitement les immigrés réfugiés et ceux de la catégorie économique. Notre recherche révèle un effet non négatif de l’immigration sur la croissance par habitant et sur l’emploi. Les résultats permettent d’envisager des implications particulières pour la collaboration des pays de l’UE sur la question de l’immigration et cherchent à éclairer des interventions de politique publique plus spécifiques et plus concrètes.

La liste des FEMISE MED BRIEF est disponible ici.

 

Le Policy Brief a été réalisé avec l’aide financière de l’Union européenne dans le cadre du programme FEMISE. Le contenu de ce document relève de la seule responsabilité des auteurs et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.

FEMISE MedBRIEF 20: « L’impact à long terme des réfugiés syriens sur l’économie turque »

 

Pr. Ramon Mahia (UAM, Spain) and Pr. Ali Koc (Akdeniz University, Turkey)

La série MED BRIEF du FEMISE ambitionne de fournir une réflexion novatrice  pour la région euro-méditerranéenne. Les Policy Briefs contiennent une analyse succincte et politiquement pertinente sur d’importantes questions EuroMed et présentent aux décideurs politiques les points de vue des chercheurs et des partenaires du réseau FEMISE.

Le MED BRIEF « L’impact à long terme des réfugiés syriens sur l’économie turque », est disponible ici.

 

 

Résumé

• L’impact total sur la valeur ajoutée généré par les occupations de réfugiés syriens dans l’économie turque était estimé à 27,2 milliards de LT à la fin de 2017, soit 1,96% du PIB total de la Turquie.
 L’effet sur la production est estimé à 1,51% du PIB pour 2017. Cet impact suppose une augmentation de la production de 30,59 milliards de LT dans différents secteurs, générant une valeur ajoutée de 20,9 milliards de TL.
• L’effet sur la demande induite représente le reste de l’impact global, soit 0,45% du PIB en 2017. Cet effet implique une nouvelle production estimée à environ 11,7 milliards de TL, générant une valeur ajoutée de 6,2 milliards de TL. Cet effet est essentiellement produit par la consommation directe et les investissements de la population syrienne; l’effet direct est estimé à 0,3% du PIB pour 2017.
• Au total, l’emploi des autochtones induit par l’intégration économique syrienne (à la fois par la production et par la demande) était estimé à 132 454 personnes en 2017.
• L’impact direct de l’intégration économique syrienne est réparti de manière inégale entre différents secteurs, reflétant la présence plus ou moins importante des travailleurs syriens dans l’effet de production et les modes de consommation et d’investissement spécifiques.
• Les détails fournis par le schéma de simulation vont dans le sens voulant que l’amélioration des opportunités d’emploi pour les réfugiés en améliorant leur éducation et leurs compétences, en développant la capacité d’entreprendre et en fournissant des permis de travail dans des secteurs bien ciblés augmentera encore la contribution des réfugiés à la croissance économique.

La liste des FEMISE MED BRIEF est disponible ici.

 

Le Policy Brief a été réalisé avec l’aide financière de l’Union européenne dans le cadre du programme FEMISE. Le contenu de ce document relève de la seule responsabilité des auteurs et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.

« L’impact à long terme des réfugiés syriens sur l’économie turque » (rapport FEM43-05)

Une approche entrées-sorties (ES) est utilisée pour estimer la contribution économique des réfugiés syriens liée (1) à leur accès au marché du travail turc et (2) aux nouveaux investissements générés par le capital des Syriens grâce à l’épargne réalisée dans le pays. En utilisant cette approche méthodologique, nous examinons explicitement les liens intersectoriels de l’économie turque, ce qui nous permet d’étendre la portée d’une étude d’impact classique.

 Résultats pour 2017 (impact à court terme)
L’impact total sur la valeur ajoutée généré par les occupations de réfugiés syriens dans l’économie turque était estimé à 27,2 milliards de LT à la fin de 2017, soit 1,96% du PIB total de la Turquie.
L’effet sur la production est estimé à 1,51% du PIB pour 2017. Cet impact suppose une augmentation de la production de 30,59 milliards de LT dans différents secteurs, générant une valeur ajoutée de 20,9 milliards de TL.
L’effet sur la demande induite représente le reste de l’impact global, soit 0,45% du PIB en 2017. Cet effet implique une nouvelle production estimée à environ 11,7 milliards de TL, générant une valeur ajoutée de 6,2 milliards de TL. Cet effet est essentiellement produit par la consommation directe et les investissements de la population syrienne; l’effet direct est estimé à 0,3% du PIB pour 2017.
• Au total, l’emploi des autochtones induit par l’intégration économique syrienne (à la fois par la production et par la demande) était estimé à 132 454 personnes en 2017.
L’impact direct de l’intégration économique syrienne est réparti de manière inégale entre différents secteurs, reflétant la présence plus ou moins importante des travailleurs syriens dans l’effet de production et les modes de consommation et d’investissement spécifiques.
• Les détails fournis par le schéma de simulation vont dans le sens voulant que l’amélioration des opportunités d’emploi pour les réfugiés en améliorant leur éducation et leurs compétences, en développant la capacité d’entreprendre et en fournissant des permis de travail dans des secteurs bien ciblés augmentera encore la contribution des réfugiés à la croissance économique.

Effets des réfugiés syriens sur les marchés du travail des pays hôtes du Moyen-Orient et d’Europe

Cette recherche vise à contribuer à l’évaluation de l’impact des réfugiés sur les marchés du travail et sur les économies des différents pays. La revue par pays et les résultats empiriques nous amènent à quatre principales recommandations politiques.

En ce qui concerne la majorité des pays, aucun lien n’a été trouvé entre l’afflux de réfugiés syriens et le chômage ou les salaires. Tout d’abord, nous recommandons de renforcer la tendance actuelle consistant à supprimer les obstacles spécifiques aux réfugiés sur le marché du travail.

En outre, dans les pays où le salaire minimum est élevé, des exceptions temporaires devraient être autorisées afin de promouvoir l’emploi des réfugiés.

Une autre recommandation importante est de fournir des opportunités de migration temporaire en phase avec les besoins du marché du travail et de remédier à la pénurie de main-d’œuvre dans certaines professions, telles que l’agriculture. Une enquête complémentaire est nécessaire en fonction des besoins de chaque pays.

Notre dernière recommandation consiste à offrir des possibilités et des programmes de travail temporaires ciblés, comme le font déjà certains pays européens, à la population locale susceptible d’être affectée par l’intégration des réfugiés et aux réfugiés eux-mêmes.

Med Change Makers e02 : Simona RAMOS, Migration induite par le changement climatique : Enjeux et Solutions

FEMISE a récemment lancé sa nouvelle série d’entretiens «Med Change Makers».

 Les «Med Change Makers» sont des entretiens (texte et vidéo) qui permettent aux chercheurs FEMISE dynamiques d’illustrer comment leur recherche aborde une question politiquement pertinente et comment elle contribue au processus d’élaboration des politiques dans la région Euro-Méditerranéenne.

 

Migration induite par le changement climatique : Enjeux et Solutions

Entretien avec Simona RAMOS, Aix-Marseille Université (France), Institut de la Méditerranée et FEMISE

Simona RAMOS, Aix-Marseille Université (France), Institut de la Méditerranée et FEMISE

La dernière édition du rapport ENERGIES2050 / Institut de la Méditerranée / FEMISE « Les Défis du Changement Climatique en Méditerranée » offre un éclairage sur la place spécifique du bassin méditerranéen dans le nouvel Agenda climatique international.

Simona Ramos (Aix-Marseille Université (France), Policy Researcher à l’Institut de la Méditerranée / FEMISE) a contribué au rapport en étudiant le lien entre « Migrations et climat dans les pays du sud de la Méditerranée ».

Dans cet entretien, Simona Ramos offre des pistes de réflexions politiques pour faire face aux effets continus de la migration climatique.

 

  1. En ce qui concerne les efforts de mise en œuvre de l’Accord de Paris, quel(s) pays de la région Sud-Med sont des exemples à suivre et pourquoi?

Les pays de la région Sud-Med diffèrent dans les progrès réalisés pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Le Maroc et Israël sont nettement en avance en termes de politiques et d’actions. Au cœur des efforts actuels de réduction des émissions du Maroc se trouve la Stratégie Énergétique Nationale, qui vise à porter la part de la capacité d’électricité renouvelable à 42% d’ici 2020 et à 52% d’ici 2030. Le Maroc a fait preuve d’une politique active, avec des investissements massifs dans l’énergie solaire à commencer par la construction du complexe solaire géant de Noor (utilisant l’énergie solaire concentrée) près de Ouarzazate. D’un autre côté, l’Algérie, la Tunisie et la Palestine semblent être disposés à prendre des mesures plus courageuses pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, bien que ces pays soient également confrontés à de sérieuses contraintes. Par exemple, en termes de législation, la Tunisie est devenue l’un des rares pays à reconnaître le changement climatique dans sa Constitution, même si les politiques liées au climat dans ce pays doivent être améliorées.

  1. Vous suggérez qu’il n’y a pas eu suffisamment de coopération entre les pays du Sud. Pourquoi est-ce si important et quelles sont vos suggestions à cet égard?

En effet, l’un des principaux problèmes auxquels les pays du Sud de la Méditerranée sont confrontés est le manque de collaboration mutuelle dans la mise en œuvre de leurs politiques climatiques. Une collaboration Sud-Sud solide pourrait favoriser une amélioration significative de la mise en œuvre de la politique sud-méditerranéenne en matière de changement climatique. La coopération peut contribuer au renforcement mutuel des capacités dans le domaine de la recherche et du développement. En outre, le transfert de technologie et de savoir-faire peut être favorisé par des cadres législatifs et institutionnels (par exemple en développant des cadres de transfert de technologies et des environnements propices à l’intégration de politiques de transfert de technologie au niveau national). Le potentiel de la coopération Sud-Sud est vaste et, en tant que tel, devrait être sérieusement pris en considération.

  1. Comment les processus climatiques affectent-ils la migration humaine? A-t-on fait quelque chose au niveau de la politique nationale à cet égard au sein des PSM?

Les processus climatiques affectent sérieusement les migrations. Néanmoins, on peut soutenir que ce sujet ne reçoit pas l’attention voulue car, contrairement aux événements climatiques, les processus climatiques se produisent de manière graduelle et cumulative, et il est difficile d’établir une relation causale stricte. Néanmoins, l’effet du changement climatique sur les populations peut fonctionner de multiples façons. L’eau, la nourriture et la disponibilité des terres peuvent être sérieusement affectées et les populations peuvent être forcées à migrer hors des zones touchées. La région du sud de la Méditerranée a été parmi les régions du monde les plus touchées par le climat, avec une élévation du niveau de la mer et une désertification continues. En ce qui concerne les politiques, ce qui a été fait jusqu’ici consiste en des mesures d’adaptation et d’atténuation (souvent dans le cadre des CDN ou des CN des pays). Néanmoins, on peut faire valoir que ces mesures ne traitent pas nécessairement et / ou ne s’attaquent pas entièrement aux migrations (forcées) induites par le climat.

  1. Vous déclarez que les mesures politiques actuelles ne parviennent pas à répondre pleinement aux impacts continus de la migration climatique. Pourquoi, et quelles sont vos suggestions politiques pour faire face aux effets continus de la migration climatique dans les pays du sud de la Méditerranée?

Bien qu’il puisse être fermement soutenu que les mesures politiques actuelles et les stratégies climatiques sont cruciales face au changement climatique, elles ne sont pas destinées à aborder complètement l’ensemble des conséquences du changement climatique, comme celui des migrations induites par les processus climatiques. Ceci est dû à plusieurs raisons. L’atténuation, l’adaptation ainsi que le renforcement des capacités et les stratégies de transfert de technologie prennent du temps à être mis en œuvre, ce qui signifie que les millions de personnes actuellement touchées ne sont pas susceptibles de bénéficier immédiatement de ces mesures. Aussi, pour que ces stratégies soient efficaces, un consensus global est nécessaire. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas, comme l’a montré l’histoire récente.

L’une des recommandations politiques à cet égard consisterait à incorporer la migration induite par le changement climatique dans le cadre juridique international, en tant que stratégie d’adaptation plutôt qu’en tant qu’échec d’adaptation. Dans ce cas, le fait d’avoir un statut légal pour les «migrants climatiques» permettrait d’aborder et de protéger correctement les personnes qui traversent des difficultés. D’autres suggestions incluent l’utilisation de la «réinstallation planifiée», une approche qui a souvent été incorporée dans les cas de catastrophes naturelles. Beaucoup ont favorisé cette approche, car elle se déroule généralement à l’intérieur des frontières du pays, permettant une plus grande flexibilité et évitant la complexité d’exiger des accords internationaux.

  1. Comment les mesures de réinstallation peuvent être utilisées pour répondre aux personnes touchées par la migration induite par le climat?

Les stratégies de réinstallation planifiées peuvent être complexes et difficiles à mettre en œuvre, en particulier si un pays manque de capacités institutionnelles, technologiques et financières.

  • Premièrement, il devrait y avoir une identification précoce des populations exposées aux catastrophes et aux autres impacts du changement climatique, ou bien affectées par des projets d’atténuation et d’adaptation associés au changement climatique. Une cartographie nationale de ces populations doit être systématisée et partagée publiquement pour maximiser la sensibilisation.
  • La planification pour la réinstallation devrait être intégrée dans les stratégies nationales et nécessite la création d’un environnement propice, incluant une base juridique pour entreprendre la réinstallation planifiée, un renforcement des capacités, une institutionnalisation et une approche pangouvernementale.
  • La durabilité de la réinstallation planifiée devrait être assurée par une attention adéquate portée à la sélection des sites, aux moyens de subsistance, à l’intégration (identité et culture) et aux communautés hôtes, parmi d’autres facteurs.
  • Des systèmes quantitatifs et qualitatifs indépendants de suivi et d’évaluation, à court et à long terme, devraient être créés pour évaluer les impacts et les résultats de la réinstallation planifiée.
  1. Qu’est-ce que le projet de Grande Muraille Verte et quelles sont ses implications et son potentiel pour les pays du sud de la Méditerranée?

La réinstallation planifiée devrait être une option de dernier recours, car c’est un processus complexe et coûteux. Il est nécessaire de permettre l’amélioration des conditions de vie des zones touchées par le changement climatique. L’un des projets les plus importants à cet égard est la Grande Muraille Verte, une initiative africaine visant à « verdir » le désert (en cultivant plus de plantes et d’arbres) dans le but de fournir de la nourriture, des emplois et un avenir à des millions de personnes vivant dans des régions qui sont affectés par le changement climatique.

L’incapacité à vivre à partir de la terre peut être un facteur important de migration. L’écologisation des zones qui sont actuellement peu peuplées et qui ne sont pas en mesure de subvenir pleinement aux besoins humains pourrait apporter de nombreux avantages, comme i. les personnes qui vivent déjà dans ces régions ne seraient pas obligées de s’en aller et ii. ces zones pourraient également servir de lieu potentiel de réinstallation pour les populations des zones touchées avoisinantes. L’Algérie, l’Égypte et la Tunisie sont déjà partenaires dans ce projet et pourraient servir d’exemple aux autres PSM.

 

Propos recueillis par Constantin Tsakas

Les grandes routes de la migration guidées par la culture

52,3% des migrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord envisagent de s’installer dans un pays de l’OCDE. ©N.B.C

La culture influe-t-elle sur les flux migratoires ? L’étude Femise (FEM 42-03) analyse l’impact des facteurs culturels sur le choix des destinations des migrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Si la corrélation entre pays d’origine et passé colonial persiste, le Printemps arabe a cependant réduit l’intensité du choix du pays de destination par la culture.

 

Dans quelle mesure les anciennes colonies et protectorats français ou britanniques ont-ils  conservé un lien avec les grandes puissances  de la fin du 19ème siècle ? 60 ans après la décolonisation, quelles sont les influences et les corrélations avec les migrations?

L’impact de la culture sur les flux migratoires, peu étudié jusqu’à présent, vient de faire l’objet de travaux au sein du FEMISE. L’équipe, composée de Frédéric Docquier, Aysit Tansel, et Riccardo Turati, professeurs d’économie à Louvain et Ankara, a analysé  les phénomènes migratoires de 17 pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (Mena) sur la période 2007 à 2016. « Les indicateurs culturels sont correlés au niveau de développement économique », indique le rapport en se focalisant sur les attitudes par rapport aux inégalités hommes-femmes et sur la religiosité.(Cliquez ici pour lire l’intégralité du rapport Femise FEM42-03)

Les travaux de recherche révèlent que les traits culturels n’exercent pas d‘effet significatif sur les intentions migratoires à destination des pays non-membres de l’OCDE. En revanche, la progressivité en termes de religiosité et d’égalité entre les sexes affecte positivement les aspirations à migrer vers les pays-membres de l’OCDE.

Impact de la culture dans les pays à majorité sunnite

Par ailleurs, l’étude démontre que les attitudes vis-à-vis des inégalités hommes-femmes sont marginalement significatives. Cependant, « les jeunes migrants issus des pays MENA sont plus progressistes en terme d’égalité hommes-femmes que le reste de la population », complète l’étude.
En revanche, la religiosité joue un rôle déterminant pour les destinations européennes ou vers l’Amérique du Nord, alors qu’il ne l’est pas pour la Turquie. « La sélection par la culture s’avère encore plus forte dans les pays à majorité sunnite », indiquent les auteurs du rapport Femise.D’après le document, 52,3% des migrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord envisagent de s’installer dans un pays de l’OCDE. Cette proportion atteint 90% s’agissant du Maroc et de l’Algérie et 35% des migrants syriens et 30% des jordaniens alors qu’elle se résume à  seulement 10% des migrants au Yemen et au Niger. Preuve de l’empreinte laissée par le colonialisme.En effet, l’histoire continue d’influencer les aspirants migrants dans le choix de leur destination. A la fin du 19e  siècle et au début 20e siècle, l’Algérie, le Tchad, le Mali, le Liban, la Mauritanie, le Maroc, le Niger, la Syrie et la Tunisie étaient des colonies ou des protectorats français et bénéficiaient donc d’un socle culturel commun. Il en va de même pour l’Egypte, l’Irak, la Jordanie et le sud du Yemen qui furent colonisés et  administrés par la Grande-Bretagne à la même époque. L’Azerbaïdjan, sous la domination de l’Union Soviétique, a proclamé son indépendance en 1991 et fait partie des pays les plus progressistes avec le Liban en termes d’égalité homme-femme et s’agissant du fait religieux.Si les caractéristiques des grands flux migratoires se maintiennent, des évolutions ont suivi les événements du printemps Arabe. Suite aux émeutes, aux violences en Egypte, en Algérie, en Irak en Tunisie et au Yémen, ces pays ont développé une vision progressiste et « condamnent la violence sur les civils », précise le rapport.Cliquez ici pour lire l’intégralité du rapport Femise FEM42-03

Article réalisé par en partenariat avec Econostrum 

S’inscrire à la Newsletter de Econostrum : http://www.econostrum.info/subscript

La sélection culturelle des émigrés: Résultats pour les pays du MENA

La sélection des migrants par la culture, les normes et les croyances est une question sous-étudiée dans la littérature existante. Cet article analyse les liens entre les traits culturels, les aspirations migratoires, les projets d’émigration à court terme, et les choix de destination au départ des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA). Nous utilisons les enquêtes Gallup World Poll (GWP) qui documentent les aspirations migratoires, les opinions et les caractéristiques personnelles des répondants. Notre échantillon est limité à 17 pays du MENA dans lesquels une enquête GWP (au minimum) a été réalisée entre les années 2007 et 2016.

En guise de prémisse, nous montrons que les aspirations migratoires sont corrélées avec les flux migratoires réels. Ceci suggère que les déterminants des aspirations migratoires sont susceptibles d’être similaires à ceux des migrations effectives. La proportion moyenne de migrants potentiels dans notre échantillon est de 24%. La proportion la plus élevée est observée en Syrie (35%); elle est proche de 30% en Jordanie et en Algérie ; au Niger, en Azerbaïdjan et au Tchad, cette part est d’environ 20%. En raison de la proximité culturelle et des effets de réseau qu’ils engendrent, les anciens liens coloniaux continuent d’influencer les destinations préférées des migrants potentiels. En moyenne, 52,3% des migrants potentiels du MENA souhaitent migrer vers un pays de destination de l’OCDE. Cette part s’élève à 90% au Maroc et en Algérie, alors qu’elle ne représente que 10% au Yémen et au Niger.

Nous menons ensuite une analyse de composante principale en deux étapes sur un ensemble de 12 questions pour extraire quatre indicateurs synthétiques de traits culturels. Nous constatons que le Liban et l’Azerbaïdjan sont les plus progressistes en termes d’inégalités hommes-femmes. L’Iran et l’Azerbaïdjan sont les plus progressistes en matière de religiosité ; au contraire, les pays d’Afrique subsaharienne (le Tchad, la Mauritanie, le Mali et le Niger) présentent un haut niveau de religiosité. L’Iran, l’Afghanistan et la Syrie présentent les niveaux de générosité les plus élevés. Enfin, les cinq pays du MENA ayant connu des turbulences et des émeutes pendant le printemps arabe (l’Algérie, l’Égypte, l’Irak, la Tunisie et le Yémen) présentent les opinions les plus progressistes concernant l’utilisation de la violence sur les civils. Dans ces pays, une grande partie de la population soutient qu’il est indéfendable d’utiliser toute forme de violence contre les civils.

Dans notre analyse empirique, nous nous concentrons sur les deux indicateurs culturels les plus corrélés avec le niveau de développement économique, les attitudes par rapport aux inégalités hommes-femmes et la religiosité. Afin d’identifier l’effet de ces traits culturels sur les aspirations migratoires, nous estimons des modèles logit avec effets fixes sur plusieurs sous-échantillons. Dans l’échantillon complet, les aspirations migratoires varient positivement avec les vues progressistes en matière de religiosité ; elles ne varient pas avec les opinions quant aux inégalités hommes-femmes. Lorsqu’on distingue les aspirations migratoires vers les pays-membres de l’OCDE et vers les autres destinations, les résultats révèlent que les traits culturels n’exercent pas d‘effet significatif sur les intentions migratoires à destination des pays non-membres de l’OCDE. En revanche, la progressivité en termes de religiosité et d’égalité entre les sexes affecte positivement les aspirations à migrer vers les pays-membres de l’OCDE. Nous analysons également si les traits culturels affectent les projets migratoires concrets pour les 12 prochains mois. L’effet de la religiosité reste significatif ; il est même plus important que pour les aspirations migratoires. L’effet des attitudes vis-à-vis des inégalités hommes-femmes est non significatif.

Ces résultats sont soumis à une large batterie de tests de robustesse. Premièrement, nous distinguons les trois catégories de pays de l’OCDE qui sont fréquemment renseignés comme destination préférée dans les données, les pays de l’Union européenne, l’Amérique du Nord et la Turquie. Nos résultats confirment que les attitudes vis-à-vis des inégalités hommes-femmes demeurent non significatives ou marginalement significatives quel que soit le groupe de destination ; l’effet de la religiosité demeure très significatif pour les destinations européennes ou l’Amérique du Nord, alors qu’il ne l’est pas pour la Turquie. Deuxièmement, nous considérons différents sous-échantillons de répondants en fonction de leur niveau de diplôme. Les résultats révèlent que la sélection par la culture affecte tous les niveaux d’éducation. Troisièmement, nous considérons différents sous-échantillons de répondants en fonction de l’âge. L’effet de la religiosité est significatif pour tous les groupes, tandis qu’une sélection positive selon les attitudes vis-à-vis des inégalités hommes-femmes est obtenue pour les individus âgés de 15 à 30 ans. Cette catégorie d’âge est celle au sein de laquelle les migrants potentiels sont les plus susceptibles de réaliser leurs aspirations migratoires. Quatrièmement, nous testons si l’intensité de la sélection par la culture varie avec les caractéristiques macroéconomiques du pays d’origine, telles que les parts des sunnites et des chiites dans la population musulmane, le PIB par habitant, la qualité des institutions, et la proportion de migrants installés dans les pays de l’OCDE. Ces interactions révèlent que la sélection par la culture est plus forte dans les pays à majorité sunnite ; la progressivité en matière d’inégalités hommes-femmes devient significative lorsqu’on contrôle pour le réseau migratoire. Cinquièmement, nous analysons si l’effet de la culture a été affecté par le printemps arabe. Nous distinguons l’échantillon complet des pays MENA, les 5 principaux acteurs du printemps arabe, et les autres pays. Dans toutes les spécifications, la sélection par la religiosité est positive et significative. De plus, le printemps arabe n’a pas affecté l’intensité de la sélection culturelle dans la plupart des pays, mais il l’a considérablement réduit dans les 5 principaux pays concernés.

Enfin, sur le plan méthodologique, nous explorons si nos résultats peuvent être induits par des différences de composition entre les groupes de migrants potentiels et de non-migrants. En utilisant la technique de Mahalanobis Metric Matching, nous construisons des sous-échantillons de migrants potentiels et de non-migrants partageant des caractéristiques observables similaires. Tous nos résultats subsistent lorsqu’on utilise des échantillons appariés. De façon robuste, nous concluons que les jeunes migrants potentiels de la région MENA sont plus progressistes en termes de religiosité et d’égalités hommes-femmes que le reste de la population. Dans l’ensemble, le printemps arabe a diminué l’intensité de cette sélection selon la culture dans les principaux pays concernés. L’émigration du MENA vers les pays riches de l’OCDE engendre des effets directs sur la distribution des traits culturels dans les pays d’origine, et sur la distance culturelle dans les pays de destination. Néanmoins, ces effets ne doivent pas être surestimés. Premièrement, l’émigration engendre des effets limités sur la distribution des traits culturels dans les pays du MENA. Elle peut même conduire à des effets opposés si la diaspora renvoie des normes progressistes vers leur pays d’origine. Deuxièmement, la sélection par la culture ne réduit que faiblement la distance culturelle entre immigrés et natifs dans les pays de l’OCDE.

Pierre Vimont « Chaque Etat européen doit participer à l’effort d’accueil des réfugiés de manière équitable »

Consultant à Carnegie Europe et ambassadeur de France auprès de l’Union européenne, Pierre Vimont fut l’organisateur du sommet de la Valette sur les migrations en novembre 2015. Ce spécialiste de la politique européenne de voisinage, des relations transatlantiques et de la politique étrangère française participait à la conférence annuelle du Femise, les 29 et 30 avril 2017 à Casablanca. Une centaine d’experts méditerranéens ont livré leurs analyses sur le thème de la « Migration et crise des réfugiés dans l’UE-Med: l’aube d’une ère de responsabilité partagée ? ».

Pierre Vimont est un expert de la politique européenne de voisinage, des relations transatlantiques et de la politique étrangère. ©N.B.C

Pierre Vimont est un expert de la politique européenne de voisinage, des relations transatlantiques et de la politique étrangère. ©N.B.C

Depuis 2010, les états arabes traversent une crise sans précédent. Quel est l’état des lieux ?

Ces crises ont suscité l’espoir en 2010 tant du côté des pays arabes que des États européens. Mais certains pays ont très vite rencontré des difficultés économiques. Le désenchantement a succédé aux espérances en Syrie, en Libye et au Yémen. Nous constatons une réelle difficulté à définir les actions à mener pour aider ces pays à parvenir à la stabilité politique, sécuritaire et à trouver un peu de prospérité économique.

L’immigration des réfugiés a fragmenté le territoire européen. Cette question ne représente-t-elle pas un danger pour l’Europe ?

La gestion de la crise des réfugiés suscite une profonde division au sein des États membres. Cependant, il ne faut jamais désespérer de l’Europe. La solidarité, la coopération loyale entre tous les partenaires, constituent la clé du problème. L’Italie et la Grèce, compte tenu de leur position géographique, font beaucoup plus d’efforts pour accueillir les immigrés et leur accorder le droit d’asile. En 2016, 770 000 personnes ont bénéficié du droit d’asile. Il existe trop de disparités entre les Etats. Chacun doit participer à l’effort d’accueil des réfugiés de manière équitable. Près de 450 000 résident en Allemagne, la France n’en compte que 35 000.

Comment se positionne la France ?
Pierre Vimont lors de la conférence annuelle du Femise, les 29 et 30 avril 2017 à Casablanca. ©NBC

Pierre Vimont lors de la conférence annuelle du Femise, les 29 et 30 avril 2017 à Casablanca. ©NBC

L’effort français en matière de droit d’asile reste très inférieur à l’Allemagne. Ce pays comble un déficit démographique générateur d’emplois non pourvus. La France essaie d’améliorer son système de doit d’asile, de le rendre plus performant pour que les décisions soient prises plus rapidement. Les délais avoisinent actuellement une année mais devraient se voir réduits de moitié. L’opinion publique française demeure très réservée à l’égard des réfugiés et des émigrés économiques. Les autorités françaises sont assez prudentes sur ce dossier. Beaucoup pensent que les immigrés génèrent une concurrence déloyale. Or ils occupent des postes que les Français refusent comme la collecte des ordures ménagères dans les grandes villes ou l’emploi des travailleurs saisonniers dans le domaine agricole.

Comment éviter tout risque d’amalgame entre les attentats et la montée de l’islamisme ?

Les dirigeants politiques, les intellectuels, des élites doivent faire œuvre de pédagogie. Ils doivent expliquer les phénomènes migratoires pour éviter tout risque d’amalgame. Pour cela, il faut avoir le courage de parler haut et fort et d’expliquer la réalité du terrain. Les réfugiés politiques ne sont pas des immigrés en situation illégale attirés par des employeurs peu scrupuleux. Ce sont des citoyens persécutés dans leurs pays, sans autre alternative que de fuir.

Les rapports des sessions plénières de la conférence annuelle FEMISE 2017 sont disponibles en cliquant ici.

Interview réalisé par en partenariat avec Econostrum lors de la Conference FEMISE de 2017- Photo par Nathalie Bureau du Colombier.

S’inscrire à la Newsletter de Econostrum : http://www.econostrum.info/subscript