Libéralisation du compte de capital et cadres de gestion macroéconomique comparés: Indicateurs de mesure et implications sectorielles et de politique monétaire en Tunisie

FEM33-03 | Mars 2010

Titre

« Libéralisation du compte de capital et cadres de gestion macroéconomique comparés: Indicateurs de mesure et implications sectorielles et de politique monétaire en Tunisie »

Par

Sami Mouley, Université de Tunis, Tunisie; Rafik Baccouche, Université de Tunis, El Manar, Tunisie

Contributeurs

Philippe Gilles, Université du Sud, Toulon-Var, France; Nicolas Huchet, Université du Sud, Toulon-Var, France; Nicolas Péridy, Université de Nantes, France; Cécile Bastidon, Université du Sud, Toulon-Var, France; Hajer Zarrouk, Université de Tunis, El Manar, Tunisie.

Note :

Ce rapport a été réalisé avec le soutien financier de l'Union Européenne au travers du Femise. Le contenu du rapport relève de la seule responsabilité des auteurs et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant l'opinion de l'Union Européenne.

Résumé :

Parallèlement à l’ouverture commerciale, les pays du sud méditerranéen sont engagés dans un processus de libéralisation financière. En particulier, la bonne résilience de l’économie tunisienne à la crise récente tend à valider la stratégie retenue jusqu’à présent par les autorités. Néanmoins, le schéma d’actions prioritaires et le gradualisme (au niveau du desserrement du contrôle de change mais aussi de son corollaire, la convertibilité totale du dinar) sont déterminants pour associer la poursuite du processus aux bénéfices de la déréglementation financière en termes d’attractivité internationale, d’accès aux marchés internationaux de capitaux et de diversification des risques, en évitant les risques de dysfonctionnements bancaire et de change. En l’absence de consensus, la littérature théorique et empirique permet d’isoler les principes généraux susceptibles d’orienter la gestion macroéconomique du pays, et de recenser les problèmes de mesure pouvant biaiser les résultats de simulations ou leur interprétation. Pour se faire, nous testons le degré de maturité de l’économie tunisienne à travers l’impact des mesures attendues de libéralisation financière, du point de vue monétaire et au niveau de l’économie réelle (implications sectorielles). En l’occurrence, indépendamment de la nécessaire consolidation des réformes, nous montrons que l’amélioration des fondamentaux autorise la poursuite progressive des mesures d’ouverture du compte de capital. Alors, la prise en compte du tissu productif amène à préconiser d’appliquer ces mesures prioritairement aux secteurs des biens échangeables, élevés aux standards internationaux et créateurs d’emploi (industrie manufacturière), ainsi qu’aux services, susceptibles de bénéficier d’importants volumes d’IDE (transports, télécommunications).