The role of business services on innovation, productivity, employment and exports of Spanish, Turkish and Moroccan manufacturing firms

FEM32-12 | Septembre 2009

Titre

« The Role of Business Services on Innovation, Productivity, Employment and Exports of Spanish, Turkish and Moroccan Manufacturing Firms »

Par

José Antonio Camacho, University of Granada, Spain

Contributeurs

Lahcen Achy, INSEA, Rabat, Morocco; Anime Basri, Ministère de l’Industrie et du Commerce, Rabat, Morocco; Marion Dovis, CEFI Université de la Méditerranée, France; Juliette Milgram, University of Granada, Spain; Teoman Pamukcu, Middle East Technical University, Ankara, Turkey; Mercedes Rodriguez, University of Granada, Spain; Erol Taymaz, Middle East Technical University, Ankara, Turkey; Kamil Yilmaz, Koç University, Istanbul, Turkey

Note :

Ce rapport a été réalisé avec le soutien financier de l'Union Européenne au travers du Femise. Le contenu du rapport relève de la seule responsabilité des auteurs et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant l'opinion de l'Union Européenne.

Résumé :

Malgré leur rôle clé dans les systèmes de production, les services commerciaux ont toujours été ignorés dans les analyses de productivité et d’innovation. L’une des principales raisons est le peu d’informations disponible puisque la plupart des enquêtes sur l’innovation ou la performance des entreprises excluent généralement les activités de services. Par conséquent, peu d’études analysent de façon empirique l’impact des services d’entreprises sur l’innovation, la productivité ou les exportations. Cependant, Arnold et al. (2006) apporte certaines preuves qui confortent l’argument selon lequel l’amélioration des services aux industries contribue à l’amélioration de la performance des activités économiques en aval, ce qui constitue un élément essentiel pour promouvoir la croissance et réduire la pauvreté. Ce projet est une tentative de contribuer à la très restreinte littérature sur les services aux entreprises. En particulier, l’objectif principal est de trouver des preuves supplémentaires concernant l’effet des services aux entreprises sur l’innovation, la productivité et l’activité d’exportation des entreprises du secteur manufacturier. Dans ce but, nous avons utilisé des micro-données qui concernent les entreprises manufacturières espagnoles, turques et marocaines. En Espagne, la Encuesta sobre Estrategias empresariales (SEFI) contient des informations très détaillées sur l’utilisation des dix types de services aux entreprises: publicité, activités juridiques, comptables et de comptabilité, de conseil fiscal, audit des activités, les activités de gestion, le recrutement, la formation, la programmation informatique et logiciel de consultation. Non seulement des informations sur l’utilisation des services aux entreprises est inclus, mais aussi sur l’origine des services (la production interne, externe ou les deux fournis). Cela permet de prendre deux points de vue complémentaires pour analyser l’utilisation des services aux entreprises, en distinguant les situations dans lesquelles le prestataire de services aux entreprises est externe à l’entreprise des situations ou le service est fourni en interne. La disponibilité des données concernant les services aux entreprises est considérablement plus faible en Turquie, c’est pourquoi des variables proxies sont elles employées dans le but d’évaluer les fonctions les plus couramment effectuées par les services aux entreprises, à savoir, les variables visées attention à la clientèle, les services de métrologie et des services reçus pour l’innovation, l’exploitation, la stratégie et le développement de prototypes. Pour construire ces variables nous avons utilisé des données provenant de trois sources différentes: l’Enquête annuelle sur les industries manufacturières (ASMI), menée par l’Institut national des statistiques (INS), Enquête sur l’innovation menée par le SIS et l’Enquête sur les services en technologie industrielle (STI Survey), spécifiquement conçue pour le suivi et l’évaluation des effets des services technologiques. Dans le cas du Maroc, quatre types de services aux entreprises sont distingués: les services de formation en gestion, services de formation technique, les services de conseil en management et des services de consultation technique. En outre, une variable qui évoque l’utilisation de services de consultation pour le transfert de technologie est également incluse. Les informations analysées proviennent d’un rapport annuel effectué par le Ministère de l’Industrie et du Commerce et de l’enquête Investment Climate Assessment (ICA), élaborée par la Banque mondiale.

L’Espagne est utilisée comme un cas illustratif de pays à revenu intermédiaire qui a stimulé sa croissance rapidement (Espagne au cours des précédentes années 90). Ce cas de référence est comparé au cas de la Turquie et le Maroc durant la dernière décennie. L’effet des services aux entreprises sur la croissance peut transiter par les prix, l’innovation, la productivité ou une stratégie de différenciation qui permet de pénétrer de nouveaux marchés. Dans notre étude, nous nous centrons sur ces trois aspects et leurs relations.

Tout d’abord, nous essayons de vérifier si l’utilisation des services aux entreprises manufacturières contribue à l’innovation. La plupart des services aux entreprises sont censés faciliter, transporter et même service de source d’information à leurs clients. Nous étudions ces liens entre les entreprises clientes du secteur manufacturier et les prestataires de services fournis. En particulier, des modèles économétriques où la variable dépendante est l’innovation sont estimés pour les trois pays. En Espagne, un modèle d’innovation unique est estimé, alors que pour la Turquie et le Maroc une différenciation entre les innovations de produit et de procédé a pu être établie. On trouve des similitudes importantes entre les pays, même si les différences entre les types de services analysés sont aussi importantes. La classification la plus détaillée des services commerciaux en Espagne permet d’identifier certains secteurs d’activité directement liée à la performance innovatrice comme la recherche et le développement, la programmation informatique, le conseil en logiciels, la publicité ou la formation. En Turquie, la majorité des variables liées aux services aux entreprises montrent un effet positif sur l’innovation, l’impact étant un peu plus faible dans le cas de l’innovation de processus. Dans le cas du Maroc, l’attention est portée sur le rôle clé joué par les services de formation et de conseil en gestion.

Deuxièmement, nous examinons si la productivité est directement touchée par intensification de l’utilisation des services aux entreprises. Nous estimons un modèle dans lequel la productivité total des facteurs (PTF) est expliquée par un ensemble de caractéristiques des entreprises et un indicateur de l’utilisation des services aux entreprises. En Espagne et au Maroc les modèles probit sont utilisés, alors qu’en Turquie, un modèle OLS est employé. La plupart des services étudiés ont un impact positif sur la productivité en Espagne, alors qu’en Turquie et au Maroc, l’impact est limité à un nombre moins élevé d’industries. Néanmoins, les problèmes de mesure en fonction de la PTF, unie au fait que l’utilisation des services est plus restreinte dans ces pays, pourrait expliquer ces différences.

Troisièmement, nous examinons comment l’ouverture des entreprises est affectée par l’utilisation de services aux entreprises. La plupart des études concernant les habitudes d’internalisation des entreprises de services soulignent que l’une des motivations majeures pour les entreprises de services à internationaliser consiste à suivre leurs clients à l’étranger. Nous examinons si l’utilisation de ce type de services peut favoriser la participation à l’exportation et le volume d’exportation. Ces effets pourraient avoir lieu grâce à un accroissement de l’innovation et de productivité qui se traduit par une baisse des coûts unitaires pour les entreprises et qui augmente leurs chances d’accéder aux marchés étrangers. D’une manière générale, l’impact de l’utilisation des services aux entreprises sur les exportations semble être plus faible que dans le cas de l’innovation et la productivité, mais les cas turcs et marocains semblent opposés. Ainsi, alors qu’en Turquie la majorité des variables liées aux services aux entreprises montrent un effet positif sur les exportations, au Maroc l’utilisation des services aux entreprises, réduit la probabilité d’exporter.

Dans les sections suivantes une analyse plus approfondie des effets des services aux entreprises sur les trois variables mentionnées ci-dessous est effectuée. Ce projet peut être considéré comme une première étape concernant le rôle joué par les services, et plus particulièrement par les services aux entreprises dans les pays MENA. Les résultats positifs obtenus ouvrent la porte à de futures analyses afin de mieux comprendre ce que les services aux entreprises peuvent représenter dans un avenir proche de ces pays.