Quels défis posés au développement économique au MENA? Une initiative de recherche menée par des jeunes et soutenue par FEMISE

Plus de 50 chercheurs de plus de 15 pays ont été réunis à Paris, à l’Université Sorbonne-Panthéon pour présenter leurs travaux de recherche les plus récents sur les défis posés au développement économique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, à l’invitation de l’IEDES à Paris 1, Oxford université, Sciences Po Lille et Heriot Watt University, en collaboration avec FEMISE et d’autres institutions renommées.

Le lundi 5 novembre, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il n’y avait pas assez de chaises pour tout le monde! Cela nous dit sur le degré de participation à cet événement important.

Scientific Commitee (from left to right): Adeel Malik, Oxford; Mohamed Ali. Marouani, Paris 1; David Cobham, Heriot-Watt and Abdalla ZOuach, Sciences Po Lille

C’était la troisième édition du colloque « Initiative de recherche sur l’économie du Moyen-Orient », organisé cette année par l’UMR « Développement et société », Institut d’études sur le développement économique et social (IEDES), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, La Chaire Maghreb et le Forum euro-méditerranéen des instituts de sciences économiques (Femise) en collaboration avec l’Université d’Oxford, l’Université Heriot Watt et Sciences Po Lille.

 

Pendant deux jours, les séances ont porté sur des différents thèmes tels que l’impact des réfugiés, les inégalités, la pauvreté et l’éducation, l’économie politique des politiques gouvernementales, les politiques industrielles, le copinage et le comportement des entreprises, la concurrence, la corruption et les politiques macroéconomiques.

«L’objectif principal de cette initiative est de fournir une plate-forme aux jeunes chercheurs afin qu’ils puissent présenter leurs résultats et s’engager dans l’élaboration d’un agenda politique pour la région MENA…

….Nous avons plus de vingt papiers et un grand nombre de jeunes chercheurs qui participent, discutent, débattent…» a indiqué Maryse Louis, Déléguée générale du Femise. Une déclaration confirmée par Mohamed Ali Marouani, professeur agrégé d’économie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ajoutant que « ..la conférence donne également la possibilité d’échanger des points de vue et de collaborer », un membre principal des comités d’organisation et scientifique de la conférence.

 

En effet, les discussions étaient très animées et les conclusions des documents étaient très pertinentes pour la région.

« Les flux de réfugiés syriens en Turquie ont eu un impact positif important sur la production intense du secteur informel, en particulier parmi les petites entreprises et les professionnels de la construction et de l’hôtellerie », a déclaré Onur Altindag, de l’Université Bentley lors de sa présentation sur« Blessing or Burden? L’impact des réfugiés dans les entreprises et l’économie informelle ».

Cette conférence a été une vraie plat-forme de débats et de collaboration. À travers leurs commentaires, les chercheurs ont contribué à améliorer les papiers de leurs collègues en fournissant des commentaires et des discussions.

Du Maroc au Liban, la conférence a mis en évidence plusieurs défis au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Bien que la corruption ait eu un impact négatif sur les exportations des entreprises et une réduction de la concurrence sur le marché, comme l’a présenté Amanda Zarka de l’American University in Washington DC (papier sur «Bribe paiement et l’exportation des firmes»), le copinage a conduit à la création de le secteur informel plus vaste et la diminution de la croissance de la productivité des entreprises formelles, comme l’a déclaré Nesma Ali, chercheuse à l’Université Dussërdol, lors de son étude du cas de l’Égypte.

Mohamed Ali Marouani et Michelle Marshalian ont conclu dans leurs recherches que le programme de modernisation industrielle en Tunisie avait touché les entreprises de différentes manières: alors que les entreprises de taille moyenne ont vu leurs revenus d’exportation et leurs salaires augmenter (mais pas leurs ventes), les grandes entreprises protégées ont vu leurs ventes et les salaires des leurs employé aux paiments bas augmenter (mais pas les salaires).

Jala Emad Youssef, consultante à la Banque mondiale au Caire et Chahir Zaki, professeur d’économie associé à l’Université du Caire, ont décidé de se pencher sur l’évaluation de la politique de la concurrence dans les pays arabes à l’aide des données relatives aux entreprises. «En d’autres termes: dans quelle mesure il y a une différence entre les règles et leur mise en œuvre» a expliqué Chahir Zaki. Toujours en Égypte, Rana Hendy, de l’Institut de Doha pour les études supérieures, a constaté que, si les transferts monétaires peuvent réduire la pauvreté, ils ont un impact négatif sur les inégalités. Une découverte importante de son document de recherche.

La migration, et en particulier l’impact des réfugiés, était également une thématique clé de cette conférence. De nombreux chercheurs ont abordé ce sujet sous différents angles.

Tandis que Mina Sami, professeur assistant d’économie à l’université américaine du Caire, travaillait sur «les phénomènes d’instabilité imprévue et les migrations internes en Égypte», Nelly El Mallakh, chercheuse postdoctorale à la Paris School of Economics, a présenté un article sur «Les réfugiés syriens et Dynamique migratoire des Jordaniens: emménagement ou déménagement?» Et Valeria Caccavo (Université Bocconi) a traité des« Effets de la légalisation sur les résultats des réfugiés sur le marché du travail: éléments de preuve émanant de réfugiés syriens au Liban ».

En outre, les organisateurs ont eu le plaisir de présenter le Keynote speaker , le professeur Sevket Pamuk, grand spécialiste de l’histoire économique du Moyen-Orient, à l’occasion de la conférence inaugurale intitulée «Des siècles inégaux: observations sur le développement économique en Turquie». S’appuyant sur son nouveau livre du même titre, le professeur Pamuk s’est penché sur les causes profondes de la lenteur des progrès de la Turquie après l’empire ottoman. Il a affirmé que « la persistance d’institutions informelles, d’instabilités politiques et les clivages entre les élites et les groupes sociaux » ont eu un impact à travers les siècles.

Pour accéder au programme de la conférence, merci de clicker sur le lien :  Agenda and papers

Pour une couverture sur Tweeter, veuillez cliquer sur le   #RIEME2018

par Johanne Eva Desvages,EcomNews Med  en collabration avec FEMISE. 

 

* La contribution financière du FEMISE envers cette conférence est faite dans le cadre du Contrat FEMISE-UE sur: : « Support to Economic Research, studies and dialogues of the Euro-Mediterranean Partnership  » . Tous les points de vue exprimés lors de cet événement relèvent de la seule responsabilité des intervenants.